Depuis des générations, nous cultivons avec passion nos vignes de manière raisonnée, dans le plus grand respect de ce que la terre nous offre chaque année. Réalisé avec attention et engouement, le travail quotidien de nos parcelles nous permet d’en tirer le meilleur tout en maîtrisant la protection phytosanitaire. Ainsi, plutôt qu’un désherbage total de nos vignes, nous préférons l’alternance du labour et de l’enherbement des rangs. De telles pratiques culturales obligent la vigne à plonger ses racines plus profondément dans le sol et, par conséquent, à exprimer au mieux la complexité du terroir.



Vendanges2_SD_sRGB.jpg

Le Travail de la vigne

L’hiver, on taille. En effet, la taille en guyot double débute en décembre et se poursuit jusqu’en février. Opération délicate, elle détermine tant la quantité de raisins produits que la pérennité de la vigne. Puis, avant le débourrement, nous lions toutes nos vignes de manière à ce que les bois forment deux arcures à partir desquelles se développeront les sarments qui porteront les raisins de l’année.

Au printemps, place au labour, qui favorise l’aération du sol et la reprise de la vie microbienne. Le soleil du mois d’avril réchauffe le sol, rendant propices les travaux de plantation et de remplacement des pieds morts, ou complantation. Nous effectuons ensuite à la main les travaux d’ébourgeonnage, qui consistent à éliminer les pousses non fructifères et les bourgeons situés sous la tête du pied afin de favoriser un meilleur développement des pousses principales et d’éviter un entassement de feuillage. Lorsque les rameaux sont suffisamment développés, il faut alors palisser la vigne au tracteur avant de répartir le feuillage à la main en vue d’optimiser la photosynthèse.

L’été, alors que la vigne poursuit sa croissance, nous procédons au rognage. Ce dernier consiste à enlever le surplus de rameaux afin de maintenir la meilleure exposition possible sur les fruits. Par ailleurs, l’enherbement est maîtrisé par un fauchage afin de limiter la concurrence entre la vigne et l’herbe voisine.

En avant les vendanges ! Arrivés à maturité, les raisins sont finalement récoltés pendant près de deux mois afin d’atteindre l’équilibre parfait entre acidité, sucrosité et potentiel aromatique.


Pigage_SD_sRGB.jpg

La Vinification

A l’issue du pressurage, le moût est clarifié puis remisé dans une cuve où s’opère la fermentation. En fonction des vins et du millésime, la durée de celle-ci varie d’une semaine à plusieurs mois. Ensuite, le vin est soutiré (séparé des lies grossières) puis stabilisé. C’est alors que démarre l’élevage sur lies fines qui permettra au vin de gagner en complexité, en arômes et en épaisseur et qui durera jusqu’à la mise en bouteille.


La mise en bouteille

Nous procédons à la mise en bouteille de nos vins deux fois par an au moyen d’un groupe de mise en bouteille mis à disposition par une CUMA (Coopérative d’Utilisation de Matériels Agricoles) dont nous sommes membres depuis plusieurs décennies et qui nous a toujours permis de rester à la pointe de la technologie.


Alambic_SD_sRGB.jpg

La distillation

Une semaine durant, nous distillons les fruits et marcs issus de notre propre récolte dans la plus pure tradition, à l’aide d’un alambic en cuivre.